Go to Top

Quels sont les types de katanas qui existent ?

Parmi les épées de samouraï les plus utilisées et les plus appréciées, le katana se distingue largement. Ce sabre possède une lame incurvée, mince avec un seul tranchant et mesure entre 70 et 73 cm de longueur. Il est aussi caractérisé par sa garde circulaire et sa longue poignée. Il est populaire grâce à sa qualité, mais aussi sa capacité de coupe. C’est une arme dont la courbure pouvait donner à son porteur la possibilité de réaliser des coupes au sortir de la lame de son fourreau. Le katana était aussi utilisé comme arme tranchante sur le champ de bataille dans le but de couper certaines parties du corps non protégées, comme les poignets. Mise à part cette arme classique, découvrons ensemble les différentes épées ancestrales ayant révolutionné l’histoire des samouraïs.

Le wakizashi

Le wakizashi a pour signification « insertion latérale ». Il s’agit d’un sabre traditionnel composé d’une lame de 30 à 60 centimètres de longueur, soit donc une moyenne de 50 centimètres. Très ressemblante au katana, cette épée possède une longueur moins importante. Elle était autrefois utilisée par les samouraïs ou épéistes du Japon féodal. En association avec le katana, les deux épées formaient le daishō, signifiant « grand et petit ». Cette épée est aussi connue pour son utilisation dans les rituels suicidaires et dans le massacre d’adversaires. C’est d’ailleurs pour cela qu’on lui a attribué le nom de « Lame d’honneur ».

Le iaitō (iaïto)

Ce type de katana est réservé à un entraînement spécifique appelé iaidō (iaïdo). L’épée ne possède aucun bord tranchant et se manipule ainsi sans risque. Elle peut être fabriquée en acier ou dans un métal plus léger comme l’aluminium. Cette arme d’entraînement ne permet pas la pratique de l’art de la coupe.

Le Kaiken

Le Kaiken est un petit sabre, plus petit que le tantō (tanto) qui s’apparente à un couteau. Il fut majoritairement utilisée par les femmes de l’ancien Japon pour le rituel de suicide. Dans ce concept, la lame de l’arme coupait les veines du côté gauche du cou. Les samouraïs japonais hommes et femmes pouvaient aussi la porter. Dans ce cas, elle assurait l’autodéfense de son praticien. Les femmes pouvaient les porter dans leur kimono ou encore dans la pochette de leur manche. Egalement, le Kaiken était une arme à disposition des femmes mariées.

Le Nodachi

Il s’agit d’une grande épée japonaise qui se manipule à deux mains. Cette épée était utilisée par les fantassins avec une conception d’arme de guerre. Les japonais l’utilisaient pour la bataille en champ libre et contre la cavalerie. Son poignet mesure environ 35 cm à 40 cm.

Le Kodachi et le Dachi

Le Kodachi est une épée de courte taille comme le Wakizashi et possède une lame plus incurvée. Le Dachi quant à lui est une grande épée également connu sous le nom de Koshirae Nagamaki. Avec une lame similaire au Nodachi, il possède une pointe plus grosse et son poignet mesure environ 60 cm, voire plus.

Le Tsurugi

Cette arme est une épée à usage cérémonial. Il s’agit d’une épée japonaise droite à double tranchant datant des temps anciens. Mais elle est aussi connue pour son utilisation au combat ainsi que durant les duels.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.